TitreLa norme sous la République et le Haut-Empire romains. Élaboration, diffusion et contournements
Auteur(s)Itgenshorst Tanja, Le Doze Philippe (dir.)
Année de publication2017
CollectionScripta antiqua
Volume96
VilleBordeaux
Isbn9782356131805
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages700
Prix30 €
Poids1300
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureCet ouvrage croise les compétences de spécialistes de l’histoire du droit, de l’histoire politique, militaire, intellectuelle, culturelle, sociale et religieuse, afin de faire émerger les lieux et les instances de production des normes ainsi que les espaces de résistance aux contraintes normatives. Une trentaine de contributions de chercheurs français, allemands, belges, suisses et italiens, permettent d’aborder le problème complexe de la normativité à Rome sous des angles de réflexion variés. Le rôle des traditions savantes (la philosophie, le théâtre, la poésie, l’histoire, notamment) dans la « fabrique de la norme » a été l’objet d’une attention toute particulière. La norme en matière religieuse est également évoquée grâce à une réflexion croisée menée par des spécialistes de la religion romaine traditionnelle, des cultes isiaques et des religions monothéistes. Un troisième axe aborde l’influence des institutions et des élites dans la genèse des normes, à travers l’analyse de diverses magistratures, du rôle du Sénat ou encore de la fonction de prince. Ce volet est complété par des études sur le populus, sur les tribuns de la plèbe ainsi que sur les assemblées populaires. Enfin, après une réflexion sur la place de l’armée et des guerres civiles du Ier siècle avant n. è. dans la création de nouvelles normes, les modalités de diffusion de celles-ci (à travers la monnaie, les graffitis, les exempla ou encore la législation) font l’objet de plusieurs études. Cette rencontre rémoise entre historiens francophones et germanophones à l’occasion de la célébration du centenaire du début de la Première Guerre mondiale a été l’occasion de célébrer l’amitié franco-allemande par l’intermédiaire de J. von Ungern-Sternberg qui a clôturé le colloque en rappelant les répercussions du bombardement de la cathédrale de Reims en 1914 sur une amitié franco-allemande, celle de l’historien de l’Antiquité, Maurice Holleaux, et de l’archéologue, Georg Karo.

This volume unites experts on the history of law, on political, military, intellectual, cultural, social and religious history who analyze the places and authorities engaged in the creation of norms, as well as the zones of resistance to normative constraints. About thirty contributions of French, German, Belgian, Swiss and Italian scholars highlight the intricate problem of normativity in Ancient Rome, from various points of view. Firstly, particular attention has been paid to the importance of sage traditions (especially philosophy, drama, poetry, history) in the “factory of the norm”. Then, the field of religious norms has been studied by several experts in the matter, thus proposing an entwined reflection about traditional Roman religion, the cults of Isis, and monotheist beliefs. A third area of research highlights the role of institutions and the elite in the emergence of norms, by analyzing various political offices, the role of the Senate, or the role of the princeps. This perspective is complemented by a thorough look at the populus, the tribunes of the plebs, as well as the popular assemblies. Finally, after an examination of the impact of the army and the civil wars of the 1st century BC on the emergence of new norms, the ways to diffuse norms are analyzed under various angles: through coinage, graffiti, the exempla or legislation. The encounter between French-speaking and German-speaking historians in Reims on the occasion of the centenary of the beginning of the First World War was an opportunity to celebrate German-French friendship, by means of the lecture of J. von Ungern-Sternberg, closing the colloquium, which recalled the implication of the bombing of the Reims cathedral in 1914 on one German-French friendship in particular, namely that between ancient historian Maurice Holleaux, and archeologist Georg Karo.