TitreLes confiscations, le pouvoir et Rome de la fin de la République à la mort de Néron
Auteur(s)Chillet Clément, Ferriès Marie-Claire, Rivière Yann (éd.)
Année de publication2016
CollectionScripta antiqua
Volume92
VilleBordeaux
Isbn9782356131720
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages410
Prix25 €
Poids0,800 kg
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureLes expropriations et les confiscations sont évoquées par les auteurs anciens comme une des menaces
essentielles pour l’équilibre de la société romaine car elles s’attaquent à un des piliers de la dignité et du rang civiques, la propriété quiritaire. Or, cette question apparaît centrale pendant la période qui s’étend des guerres civiles de la fin de la République à la mort de Néron. En effet, la « Révolution romaine » s’est accompagnée d’importants transferts de propriétés qui ont modelé le nouveau visage de l’élite dirigeante.
Le principat en pleine construction a également usé de ce medium pour renforcer son pouvoir économique et financier face à une noblesse dont la fortune et les réseaux s’étendaient à l’empire entier. Enfin, des projets de César à la nova Urbs de Néron, en passant par la ville de marbre d’Auguste, le centre de Rome a été le théâtre d’un remaniement radical qui a privilégié la construction publique à usage collectif aux dépens des bâtiments privés.