TitreLes Étrusques au temps du fascisme et du nazisme
Auteur(s)Haack Marie-Laurence, avec la collaboration de Martin Miller (éd.)
Année de publication2016
CollectionScripta Receptoria
Volume7
VilleBordeaux
Isbn978-2-35613-156-0
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages321
Prix25 €
Poids650
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureLe livre rassemble les actes d’un colloque tenu à Amiens en décembre 2014 sur les Étrusques à l’époque du fascisme et du nazisme. L’étruscologie est alors une toute jeune discipline universitaire et scientifique, qui subit dans toute l’Europe une crise multiforme qui a touché les contenus et les acteurs de la discipline et dont les effets se sont fait sentir très différemment selon les pays européens. Les tensions se cristallisent surtout autour de la question controversée des origines. La thèse de l’autochtonie connaît un renouveau d’intérêt en Italie ; en revanche, en Allemagne, l’aspect oriental des Étrusques est souligné. La crise atteint un sommet au moment de l’axe Rome-Berlin et menace le recrutement de nouveaux étruscologues dans toute l’Europe et se répercute sur l’image des Étrusques dans la culture populaire. “Race orientale”, dégénérée et pervertie ou “race incertaine”, les Étrusques sont souvent traités sous un angle plus politique que scientifique.

The book contains the proceedings of a conference held in Amiens in December 2014 on the Etruscans in the time of fascism and nazism. Etruscology was a young scientific and scholarly discipline, which soffered in Europe for a wide crisis that affected the contents and the main figures of that discipline and whose effects are different in each European country. The debate about the controversial question of the Etruscan origins was particularly passionate. The thesis of autochtony had a renewed interest in Italy, whereas German scholars stressed the oriental manners of the Etruscans. This controversy reached its peak at the moment of the Rome-Berlin axis and is an obstacle to recruiting etruscologists across Europe. In addition, it had consequences on the Etruscans’ image in popular culture. “Oriental race” or “uncertain race”, the Etruscans were often studied from a political rather than from a scientific point of view.