TitreKelainai-Apameia Kibotos : développement urbain dans le contexte anatolien : actes du colloque international Munich, 2-4 avril 2009
Auteur(s)Summerer Lâtife, Ivantchik Askold, Kienlin Alexander von
Année de publication2011
CollectionKelainai
Volume1
VilleBordeaux
Isbn978-2-35613-043-3
ÉditeurAusonius Éditions
RésuméContributions en allemand, français et anglais
Nb de pages410
Prix35€
Poids1150
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureLa série Kelainai se donne pour objectif de publier les résultats des recherches menées sur le centre urbain le plus important de la Phrygie du sud : la ville de Kelainai. Cette dernière commença à avoir une importance suprarégionale dès l'époque achéménide, lorsqu'elle devint un des lieux de résidence du grand roi Xerxès, puis du prince Cyrus le Jeune. À l'époque hellénistique, le roi séleucide Antiochos Ier Sôter (281-261 a.C.) refonda la ville, qui fut alors appelée Apamée, du nom de la mère du souverain. C'est là, en 188 a.C., que fut négociée la paix entre Rome et le royaume séleucide. À l'époque romaine, Apamée fut qualifiée par Strabon de plus grand centre commercial de l'Asie après Éphèse. Malgré son importance historique, la ville n'avait jamais fait l'objet d'une investigation archéologique approfondie. L'étude systématique de ses vestiges antiques n'a commencé qu'en 2008, dans le cadre d'un projet cofinancé par l'Agence Nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Ce premier volume présente les résultats des deux premières années des recherches menées à Kelainai, notamment les actes du colloque international tenu à Munich du 2 au 4 avril 2009.

Die Kelainai-Reihe dient dazu, die Forschungsergebnisse zum wichtigsten städtischen Zentrum des südlichen Phrygien - der Stadt Kelainai - vorzulegen. Kelainai begann in der achämenidischen Zeit überregionale Bedeutung zu erlangen, da sie eine der Residenzen des Grosskönigs Xerxes, wie auch später des Prinzen Kyros des Jüngeren war. In hellenistischer Zeit gründete Antiochos I. Soter (281-261 v. Chr.) die Stadt neu, die von da an, nach der Mutter des Herrschers, Apameia genannt wurde. Im Jahre 188 v. Chr. wurde dort der Frieden zwischen Rom und dem Seleukidischen Königreich geschlossen. In der römischen Epoche war die Stadt, nach dem Bericht Strabons, das grösste kommerzielle Zentrum Kleinasiens nach Ephesos. Trotz seiner historischen Bedeutung war Kelainai - Apameia aber nie zuvor Gegenstand eingehender archäologischer Forschung. Die systematische Erforschung seiner materiellen Hinterlassenschaften begann erst 2008 im Rahmen eines Projekts, das von der Deutschen Forschungsgemeinschaft und der Agence Nationale de la Recherche gemeinsam gefördert wurde. Dieser erste Band legt die Ergebnisse der ersten zwei Forschungsjahre in Kelainai vor, insbesondere die Akten des internationalen Kolloquiums, das vom 2. bis 4. April 2009 in München stattfand.